Patrimoine éco culturel

 

Patrimoine naturel

Le Tassili N’Ajjer est classé réserve de biosphère en 1986.

 

 

L’inventaire en cours de sa flore dévoile un taux d’endémisme de 50% ; les 45 taxons se répartissent selon trois origines biogéographiques : 16 de souche méditerranéenne, 14 de souche saharo sindienne et 15 de souche tropicale.

Par ses différents écosystèmes, le Tassili N’Ajjer est un maillon clé pour la biodiversité mondiale. Il renferme notamment la Vallée d'Iherir classée site Ramsar en 2001 sur 6500 ha pour son caractère unique et sa représentativité dans les milieux désertiques, sa faune aquatique importante et diversifiée (poissons, batraciens, reptiles,…etc.), son importance pour la faune et les animaux domestiques.

 

 

Dans les eaux fraîches non polluées de la vallée d’Iherir, la mousse aquatique est à l’origine des barrages de travertin, de chutes d’eaux et de mares. Dans ces conditions, des espèces fluviales vivent comme Typha spp., Juncus spp., Phragmites spp., Adiantum et une végétation aquatique comme Chara spp., Myriophyllum spp. et Potamogeton spp.

Les groupements végétaux des oueds sont dominés par Salsola baysoniana et Traganum nudatum qui fournissent des pâturages très appréciés des camelins. Certains oueds sont à végétation arborée dominée par Acacia alba dépassant les 15 m de hauteur et A. raddiana.

Les griffes des oueds sont dominés par A. raddiana et Panicum turgidum.

Certaines des espèces endémiques comme le cyprès du Tassili (Cupressus dupreziana) sont parmi les espèces ligneuses les plus menacées du monde.

Les dunes sont privilégiées par Aristida plumosa et Moltkia callosa qui s’implantent sur leurs flans et par une végétation arbustive à dominance de Calligonum azel sur les parties hautes.

Cette végétation arborée, arbustive et herbacée offre des conditions favorables à la présence de la gazelle et par conséquences au guépard dont les traces sont avérées.

Le guépard est signalé dans plusieurs endroits notamment entre l’oued Tamrit et djabarène (10 crottes différentes prélevées sur une vingtaine de Km), ainsi que de nombreuses traces de mouflon et de gazelles.

 

Patrimoine culturel

Le Tassili N'Ajjer a été déclaré la première fois comme monument historique en 1972. Grâce à sa collection unique de peintures et de gravures rupestres de la préhistoire, il est déclaré patrimoine mondial mixte en 1982.

 

La Sbeîba (rituel et cérémonies) est inscrite depuis 2014 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

 

Services écosystémiques

Les écosystèmes du Tassili N’Ajjer fournissent de nombreux services aux populations locales.

Il s’agit entre autre du bois combustible pour la cuisson et le chauffage, du bois utilisé dans l’artisanat local (bijouterie), des plantes médicinales et/ou fourragères sur les parcours. Certaines espèces trouvent des usages domestiques importants (construction, clôture, confection,…etc.).

Par ailleurs, le stockage et la filtration des eaux sont parmi les multiples services que fournissement les zones humides présentes dans le Tassili N’Ajjer. 

Les paysages pittoresques de ce territoire offrent de véritables opportunités pour les loisirs de plein air et le ressourcement ; un gisement d’activités et de bénéfices pour les populations et les opérateurs touristiques locaux. 

 

Contacts

 

Office national du Parc Culturel du Tassili n’Ajjer (ONPCT)

Adresse : Tin Khatma, Djanet, Wilaya d’Illizi,  33000 Algérie.

Tel : +213 29 47 66 27

Fax : +213 29 47 66 27

Email :