Patrimoine éco-culturel

Patrimoine naturel

L’Atlas Saharien recèle des îlots d’humidité ayant favorisé le développement d’écosystèmes remarquables. Les chaînes de montagnes sont couvertes d’une végétation diverse allant de la forêt claire de Pin d’Alep ou de chêne vert aux forêts clairsemées de genévrier rouge et de Phénicie (Juniperus phoenicea). L’Alfa constitue l’essentiel du sous-bois.

Parmi plus de 800 espèces recensées 2 à 7% sont endémiques, 72% sont de type méditerranéen, et 23% appartiennent à l’élément plurirégional. 

La faune est représentée essentiellement par : le lièvre, le sanglier, le chacal, le renard et des espèces ayant existé en abondance auparavant telles l’outarde, le porc épic, le mouflon à manchettes, la gazelle dorcas, etc.

L’avifaune est représentée par près de 25 espèces figurant toutes sur la liste des espèces d’oiseaux à protéger.

Cette biodiversité trouve des conditions favorables à son existence notamment au niveau des 37 zones humides (dont 7 sont classées Ramsar) que compte l’Atlas saharien.

 

 

Patrimoine culturel

Le parc culturel de l’Atlas Saharien abrite les toutes premières stations d’art rupestre naturaliste découvert au monde.

Les stations de Tiout (Ain Sefra) et de Moghrar Tahtani découvertes en 1847 furent la preuve irréfutable de la très haute antiquité du peuplement de l’Afrique du nord en général et de l’Algérie en particulier.

Par sa position insérée entre le Sahara et la zone septentrionale de l’Afrique, l’Atlas Saharien a constitué, à toutes les époques, une zone de transition et un pont reliant le nord au sud. Partout, les hommes y laissèrent leur empreinte.  Sites archéologiques, parois gravées, monuments funéraires protohistoriques, ksour etc.… évoquent des passés lointains et des civilisations disparues, Mais restées gravées dans la mémoire des populations de l’Atlas qui, à juste titre, qualifient ces témoins de « El Hadjra El Maktouba ou El –Msaoura » symbolisant la notion de legs et d’héritage que nos lointains ancêtres nous ont laissé : «bien avant l’écriture » dixit Malika HACHID. (1992

 

 

Services écosystèmiques

Les écosystèmes de l’Atlas Saharien fournissent de nombreux services aux populations locales.

Il s’agit entre autre du bois combustible pour la cuisson et le chauffage, du bois utilisé dans l’artisanat local (bijouterie), des plantes médicinales et/ou fourragères sur les parcours. Certaines espèces trouvent des usages domestiques importants (construction, clôture, confection,…etc.).

Par ailleurs, le stockage et la filtration des eaux sont parmi les multiples services que fournissement les zones humides présentes dans l’Atlas saharien. 

Les paysages pittoresques de ce territoire offrent de véritables opportunités pour les loisirs de plein air et le ressourcement ; un gisement d’activités et de bénéfices pour les populations et les opérateurs touristiques locaux. 

Contacts

Office national du Parc Culturel de l’Atlas Saharien (ONPCAS)

Adresse : Bordj Tizegrarine (Ex.Bouscarene). BP 154  Laghouat.03000

Tel : 029. 10. 10. 63.

Fax : 029.10.14.64.

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">m