Elaboration du plan de conservation du guépard et des espèces de proies dans les parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer

Le 03 septembre 2018 

Un important programme de collecte de données sur le terrain est initié par la direction nationale du projet  « conservation de la biodiversité d'intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels algériens », pour soutenir l’élaboration du plan de conservation du guépard et des espèces de proies dans les territoires des parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer.

Dans ce cadre, deux missions d’inventaires et de collecte d’informations sur le terrain ont été réalisées dans le secteur d’Afara, Ifadaniouen, Tamadjert (37) jours, du 10 juillet au 17 août 2018, dans le parc culturel du Tassili n’Ajjer, et dans la région de Oua Hallgen (40) jours durant l’Eté 2017 au niveau du parc culturel de l’Ahaggar.

Ces missions de terrain ont été menées par le personnel spécialisé du Ministère de la Culture (direction nationale du projet des parcs culturels et le personnel des offices des parcs culturels du Tassili n’Ajjer et de l’Ahaggar), appuyé par les consultants engagés pour l’élaboration du « Plan de conservation du guépard et des espèces de proies ».

 Un protocole de collecte de données est mis en place par l’équipe scientifique ; en alliant les aspects suivants :

  • la compilation de données scientifiques issues de la recherche documentaire ;
  • les observations directes ou indirectes effectuées par les populations locales, notamment celle nomade ;
  • l’utilisation d’appareils techniques tels que les pièges photographiques;
  • la caractérisation des habitats par l’inventaire floristique ;
  • une lecture spatialisée faisant intervenir les outils SIG sur deux sites d’importance dans le complexe Ahaggar-Tassili.

Cet engagement exceptionnel sur le terrain des deux parcs de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer est inscrit, aussi, comme un moment fort de l’apprentissage par l’action, aux profits des agents des deux offices pour un meilleur transfert de la maitrise technique, pour le suivi de la faune sauvage détenue par le réseau des parcs culturels, sous tutelle du Ministère de la Culture.

Les résultats probants obtenus à l'issue de ce saut qualitatif, rendu possible par ces deux missions, ont permis une première lecture spécialisée de l’existence et de la répartition de la faune et de la flore sauvages dans les deux sites, et d’enrichir, surtout, la banque nationale de données photographiques.

Ces résultats inespérés sont des éléments fondamentaux de la structuration de la métapopulation de guépard sur de grandes étendues d’une part, et qui sont, aussi, les premiers éléments constitutifs du plan de conservation pour faire face aux menaces mettant en péril la survie de la diversité faunique et l’intégrité de ses habitats d’autre part.