En gestion collaborative et écodéveloppement dans le parc culturel de l’Ahaggar 

Le 06 novembre 2017 

La participation active des populations locales et des acteurs locaux dans la gestion des territoires des parcs cultuels algériens, notamment au sein des différents sites prioritaires, demeure un axe principal dans la stratégie d’intervention du projet « conservation de la biodiversité d’intérêt mondial et utilisation durable des services écosystémiques dans les parcs culturels en Algérie » sur ces étendues. La protection de ces territoires qui recèlent des richesses éco-culturelles inestimables, est une obligation et une responsabilité collective pour assurer la conservation de la biodiversité et la valorisation du patrimoine culturel dans les cinq (5) parcs culturels algériens.

Dans ce contexte, le projet a mis en place une démarche innovante en matière de gestion collaborative et d’écodéveloppement, concrétisée à travers la signature des accords de gestion collaborative, l’identification des programmes d’écodéveloppement et l’installation des comités techniques de suivi et de gestion collaborative dans les sites prioritaires des parcs culturels de l’Ahaggar et du Tassili n’Ajjer.

Afin d’opérationnaliser ce dispositif et inciter les acteurs concernés à prendre le relai dans l’identification, l’initiation et le suivi des programmes de développement sur le territoire des parcs culturels, la direction nationale du projet lance une formation en gestion collaborative et d’écodéveloppement à Tamanrasset, du 04 au 09 novembre 2017.

  Ce module de formation élaboré par un expert en concertation avec la direction nationale du projet, s’appuie sur une partie théorique consacrée aux fondements d’écodéveloppement et de gestion collaborative, et un côté pratique  sanctionné par un exercice de réflexion collectif pour le choix et l’élaboration d’un projet de développement durable sur le site prioritaire d’Afilal, zone humide classée dans le cadre de la convention internationale de Ramssar.

Prendront part à cette session de formation d’une durée de six jours, les cadres techniques composant les comités techniques de suivi, les cadres de l’office national du parc culturel de l’Ahaggar et les partenaires du projet concernés par la démarche.